Des traces de produits chimiques dans 75% du miel mondial

Evrard Martin
Octobre 10, 2017

Une nouvelle étude de chercheurs suisses prouve que la majorité des miels produits dans le monde sont aujourd'hui contaminés par des insecticides de la famille des néonicotinoïdes, également qualifiés de "tueurs d'abeilles".

Les résultats de l'étude ont été publiés sur le numéro d'octobre de la revue Science. Or, ces dernières sont victimes du syndrome dit "d'effondrement des colonies d'abeilles" qui entraîne la disparition ou la mort d'essaims entiers.

Cette contamination planétaire, qui affecte un grand nombre d'espèces et l'ensemble de la chaine alimentaire ont conduit les autorités de plusieurs pays a prendre des mesures de restriction, voire d'interdiction comme en France, dès 2018, notamment à cause des ravages induits sur les populations d'abeilles et la chute dramatique de la production française depuis plusieurs années. Les chercheurs ont concentré leur analyse sur les cinq types de néonicotinoïdes les plus utilisés: acétamipride, clothianidine, imidaclopride, thiaclopride et thiaméthoxame. Ils en sont venus à la conclusion que 75% du miel en contenaient au moins un.

Sur 198 échantillons de miel analysés, 45% contenaient au moins deux néonicotinoïdes et 10% quatre ou cinq.

Les échantillons nord-américains (86%), asiatiques (80%), européens (79%), africains (75%) et sud-américains (57%) étaient contaminés.

Bien que les concentrations soient inférieures aux niveaux autorisés par l'Union européenne (UE) pour l'alimentation humaine et animale, les pesticides peuvent encore constituer un risque pour la santé, selon l'étude.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL