Faites-vous confiance à la télémédecine — Déserts médicaux

Evrard Martin
Octobre 13, 2017

La pénurie de médecins est bien réelle dans certaines régions.

"J'ai placé la question de l'accès aux soins au rang de mes priorités", a redit mercredi, devant l'Assemblée, la ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui est aujourd'hui à Châlus (Haute-Vienne) avec le Premier ministre Edouard Philippe. Pourtant la France n'a jamais compté autant de médecins.

Tout le pays est concerné, et pas seulement les campagnes, selon l'Ordre des médecins, qui prédisait l'année dernière un quart de généralistes en moins en 2025 par rapport à 2007. Mais il "serait illusoire d'annoncer des mesures définitives, ou de concentrer nos efforts sur le seul sujet de l'installation des professionnels de santé", dit-elle.

Comme attendu, le plan acte l'objectif de doubler le nombre de maisons de santé (910 recensées en mars 2017) sur le quinquennat en leur consacrant 400 millions d'euros.

La ministre de la Santé souhaite également développer la télémédecine - des actes médicaux pratiqués à distance grâce notamment à Internet - et les "pratiques avancées entre professionnels" - des actes médicaux réalisés par exemple par des infirmiers, ou des pharmaciens, comme c'est le cas dans le cadre de l'expérimentation sur la vaccination contre la grippe. Le numerus clausus ne bougera pas non plus mais, pour attirer les jeunes médecins dans les zones sous-dotées, les stages dans les cabinets de médecine libérale seront plus nombreux. RTL vous invite à répondre à la question du jour.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL