La pollution de l'air cause 500.000 décès par an — Europe

Evrard Martin
Octobre 12, 2017

Dans le détail, ce sont 520.400 habitants de 41 pays européens qui sont -selon ce document dévoilé par Le Monde- morts trop tôt à cause de l'air qu'ils respiraient contre 550.000 en 2013.

L'Agence européenne de l'environnement a publié ce mercredi 11 son rapport sur la qualité de l'air, basé sur des mesures effectués au cours de l'année 2014.

" En tant que société, nous ne devrions pas accepter le coût de la pollution de l'air". Le rapport 2017 souligne que le nombre des décès liés aux particules fines diminue, même si ce sont elles qui font toujours le plus de morts, tandis que celles liées au dioxyde d'azote augmentent. Présentes dans l'air et jugées nocives par l'Organisation mondiale de la santé, ces poussières microscopiques sont principalement générées par la combustion de carburants fossiles. Mais elle relève aussi qu'en 2015, 7 % de la population urbaine de l'UE était exposée à des particules fines à un niveau supérieur à celui préconisé par l'Europe.

La pollution atmosphérique reste la première cause environnementale de décès prématurés.

"Il est encourageant de constater que de nombreux gouvernements européens, et en particulier les villes, montrent l'exemple et protègent la santé des personnes en améliorant la qualité de l'air", a indiqué dans un communiqué Hans Bruyninckx, le directeur de l'agence basée à Copenhague.

La Commission européenne est résolue à s'attaquer à ce problème et à aider les États membres à faire en sorte que la qualité de l'air que respirent leurs citoyens réponde aux normes les plus élevées.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL