" Le gouvernement veut éviter une lecture politique " — Planche à billets

Evrard Martin
Octobre 9, 2017

Le gouvernement veut éviter toute polémique autour de ces décisions. Saidi, sur l'article 45 de la loi sur la monnaie et le crédit et proposent une révision de la durée du recours au financement non conventionnel en la réduisant de cinq (5) années (comme proposé dans le projet de loi), à une année renouvelable. Une déclaration qui se veut un message clair à l'opposition, qui a vivement critiqué la démarche du gouvernement en lui reprochant d'avoir fait ses calculs pour le rendez-vous de la présidentielle de 2019.

"Si nous avions opté pour une durée plus courte certains auraient donné une lecture politique à la chose", a expliqué le ministre des Finances lors d'un point de presse organisé à l'APN, après l'adoption du projet de Loi sur la monnaie et le crédit qui permet le recours au financement non conventionnel. Le ministre estime que cette période permettra de retrouver l'équilibre budgétaire et relancer le développement économique. "Cinq ans c'est la moyenne", a-t-il affirmé en avançant à titre d'exemple les USA qui ont lancé le financement non conventionnel depuis 2008. A contrario, le budget d'équipement, tel que le souligne le communiqué du Conseil des ministres, connaîtra "une hausse exceptionnelle" en 2018 pour atteindre ainsi un montant de 4043,31 milliards de dinars, ventilé entre des dépenses d'investissements pour 2175,01 milliards de dinars et des opérations en capital pour 1868,3 milliards de dinars.

"Bien évidement, il s'agit de prendre en compte, dès maintenant, les recettes et les ressources dont dispose l'Algérie, puis on verra les ajustements nécessaires qu'on présentera au cours de l'année à chaque fois que cela est possible", a-t-il ajouté.
L'hôte de l'APN a tenu à préciser que le gouvernement accorde une grande importance à l'inflation et suit de près l'évolution de la situation. Cet argent frais, bienvenu pour les finances exsangues du pays depuis la chute du prix de baril de pétrole en 2014, va contribuer à la couverture des besoins de financement du trésor, au financement de la dette publique interne et au financement du Fonds National d'Investissement (FNI).

Enfin, Abderrahmane Raouya a annoncé qu'un décret présidentiel viendra prochainement expliquer les réformes structurelles qui vont accompagner la mise en œuvre du financement non conventionnel. Interrogé sur un déficit en matière de recouvrement fiscal, il a indiqué que depuis 2014 à ce jour le recouvrement de la fiscalité ordinaire représente annuellement plus de 10 à 11%, par rapport à ce qui est prévu par la loi de finances.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL