Les Etats-Unis claquent la porte de l'Unesco

Claudine Rigal
Octobre 12, 2017

Le département d'État américain a annoncé que les États-Unis se retiraient de l'Unesco, organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture. Les États-Unis conserveront pourtant un statut d'observateur, a précisé la diplomatie américaine. "Cette décision n'a pas été prise à la légère, et reflète les inquiétudes des Etats-Unis concernant l'accumulation des arriérés à l'Unesco, la nécessité d'une réforme en profondeur de l'organisation, et ses partis pris anti-israéliens persistants". Ce retrait sera effectif le 31 décembre. Cette décision, qualifiée d'"affront à l'Histoire", "discrédite encore plus une agence onusienne déjà hautement discutable", avait alors déclaré l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley.

Les États-Unis ont annoncé ce jeudi quitter l'Unesco. L'Union européenne et ses États-membres en sont aujourd'hui le premier financeur (40% du budget).

La directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, n'a pas tardé à exprimer son profond regret quant à la décision de Washington.

Alors que cinq candidats restent en lice, après le retrait mercredi du représentant du Vietnam, Hamad bin Abdoulaziz Al-Kawari, 69 ans, et Audrey Azoulay, 45 ans, ont chacun recueilli 18 des 58 voix du conseil exécutif de l'Unesco, selon les résultats officiels.

" L'universalité est essentielle à la mission de l'UNESCO pour construire la paix et la sécurité internationales face à la haine et à la violence, par la défense des droits de l'homme et de la dignité humaine ", a souligné dans un communiqué Mme Bokova.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL