OnePlus accusé d'espionner ses utilisateurs, la marque s'explique

Alain Brian
Octobre 11, 2017

L'information vient de Chris D. Moore, chercheur en sécurité, qui a découvert que son OnePlus 2 envoyait des données sur un serveur hébergé aux États-Unis, appartenant à Amazon.

C'est un " very bad buzz " pour OnePlus; le fabricant chinois est en effet accusé d'espionner ses utilisateurs après que le développeur Chris D. Moore ait découvert un spyware bien caché dans l'un des smartphones de la marque. " Malgré ces " justifications", on peut toutefois se demander pourquoi la récupération de données est activé par défaut, et pourquoi le système ne demande pas l'autorisation à l'utilisateur lors du paramétrage initial du mobile. Les smartphones de OnePlus se vendent comme des petits pains et les clients de la firme n'ont sans doute aucune idée de ce qui se trame sur leurs appareils.

Les données collectées sont donc les suivantes: numéro IMEI, adresses MAC, nom des points d'accès Wifi... Et également la liste des applications utilisées ainsi que les heures d'utilisation de ces dernières.

L'utilisateur a décidé d'alerter l'entreprise une première fois via les réseaux sociaux, mais n'a pas eu de retour satisfaisant. Ce qui a permis de mettre à jour la méthode utilisée, à savoir une application système baptisée OnePlus System Service qui évidemment est inamovible même si elle est désactivable. Il est en revanche possible de passer par une ligne de commande (pm uninstall -k -user 0 net.oneplus.odm) afin de la supprimer définitivement. Le premier flux est celui d'analyse de l'utilisation, que nous collectons pour ajuster avec précision notre logiciel en fonction du comportement de l'utilisateur. Cette transmission de l'activité d'utilisation peut être désactivée en accédant aux 'Paramètres' 'Avancé' 'Rejoindre le programme d'expérience utilisateur'. Le deuxième flux concerne les informations sur les périphériques, que nous collectons afin de fournir un meilleur support après-vente.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL