Rebondissement dans l'affaire des migrants soudanais: un tribunal belge interdit leur expulsion

Claudine Rigal
Octobre 11, 2017

Rebondissement dans l'affaire des migrants soudanais en Belgique: le tribunal de Liège condamne l'Etat belge et estime que leur expulsion est illégale.

La Ligue a introduit lundi matin une requête en extrême urgence auprès du président du tribunal de première instance de Liège afin d'interdire préventivement ces rapatriements. La Belgique devra payer une astreinte de 20 000 euros en cas de non-respect de ce jugement.

A l'heure actuelle, une centaine de ressortissants soudanais sont admis en centre fermé sur le sol belge car n'étant pas éligibles au statut de réfugié, d'après le gouvernement.

On rappelle que l'Etat belge a autorisé des fonctionnaires soudanais à venir en Belgique pour identifier des migrants soudanais et qu'à la suite de cette opération, 43 sauf-conduits leur ont été délivrés par l'ambassade du Soudan à Bruxelles. La LDH, relayée par de nombreuses voix dans l'opposition, n'a eu de cesse de dénoncer la collaboration des autorités belges avec un régime considéré comme "la pire des dictatures".

Les opérations de rapatriement, "au rythme de trois ou quatre par jour" depuis jeudi via des vols commerciaux, ont pour l'instant tourné court, a précisé à l'AFP Dominique Ernould, porte-parole de l'Office des étrangers.

"La plupart ont refusé de monter dans l'avion (.) il y a eu un seul retour vendredi", a-t-elle ajouté.

La justice doit désormais entendre les arguments du gouvernement, avant une nouvelle décision attendue "dans la semaine", selon Mme Ernould.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL