Six constructeurs d'automobiles touchés — Scandale Kobe Steel

Xavier Trudeau
Octobre 12, 2017

Ainsi le sidérurgiste Kobe Steel aurait livré aux entreprises japonaises des produits dont les caractéristiques techniques sont falsifiées.

L'enquête menée par Kobe Steel révèle qu'à l'heure actuelle, les spécifications techniques ont été maquillées pour environ 19.300 tonnes de produits en aluminium, 2.200 tonnes de produits en cuivre et 19.400 unités en aluminium moulé et forgé qui ont été expédiées aux clients entre septembre 2016 et août 2017.

Les marchandises dont les caractéristiques ont été trafiquées ont été livrées à quelque 200 entreprises. En plus des constructeurs d'automobiles, de très nombreux industriels et produits sont concernés.

La valeur de l'action ne s'affichait pas en raison d'un trop grand nombre de requêtes, mais les prix d'offre et demande laissaient augurer une chute de 300 yens à 1.068 yens (le plancher de ce mardi), soit -21,93% par rapport à son cours de vendredi, avant les révélations de dimanche et un lundi férié.

Outre le numéro un nippon du secteur, Toyota, qui a déjà annoncé mardi avoir utilisé de l'aluminium de Kobe Steel dans des véhicules produits dans l'une de ses usines au Japon, Honda et Nissan ont confirmé mercredi à l'AFP être dans le même cas. Les clients de Kobe Steel vont a présent devoir identifier les pièces utilisées avec ces métaux et s'assurer qu'elles ne représentent aucun danger.

Le ministère de l'Industrie a pour sa part fait savoir qu'en l'état, Kobe Steel n'était pas passible de poursuites en justice.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL