Spiritueux et sodas sous la menace d'une hausse des taxes

Evrard Martin
Octobre 14, 2017

Il veut lutter contre le goût sucré, en pénalisant les boissons les plus sucrées, mais aussi celles qui recourent à des édulcorants jugés suspects. La lutte contre l'obésité et le diabète est le cheval de bataille de ce praticien hospitalier. Pour les députés de la majorité, il faut s'attaquer aux sodas sucrés comme le dévoile le journal Les Echos dans un article paru ce mercredi. Alors que le budget 2018 de la Sécurité sociale a été présenté ce mercredi en Conseil des ministres, les députés de la majorité voudraient l'amender pour alourdir la fiscalité des boissons dont l'abus nuit à la santé. "Les taxes existantes sont faibles, avec un impact qui reste à évaluer", a expliqué le député La République en marche (LREM). Elle tomberait en outre à point nommé, puisque la ministre de la Santé va bientôt présenter son plan de prévention de l'alcoolisme.

Le prix des alcools forts et des sodas pourraient fortement augmenter.

Selon les calculs, ce bond fiscal sur les alcools forts permettrait à l'État d'engranger 150 millions d'euros de recettes supplémentaires allouées au budget de la Sécurité sociale.

" A lire aussi: Clap de fin pour les fontaines à sodas, désormais interdites!". "Les feux sont orange sur ces mesures; la décision de passer au vert sera prise ultérieurement", a expliqué une source gouvernementale. Le montant de cette taxe est de 7,53 € par hectolitre pour les boissons sucrées ou édulcorant (soit 2,51 centimes pour une canette) et de 103,02 € par hectolitre pour les boissons dites énergisantes.

Agnès Buzyn, qui souhaite taxer en priorité le tabac, a émis quelques doutes sur les sodas. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, estime en effet qu'augmenter l'imposition sur les sodas revient tout simplement à " taxer les plus pauvres.

Les nouvelles taxations ne devraient toutefois pas voir le jour simultanément. "A priori, on ne fera pas les deux mesures en même temps", a-t-elle souligné.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL