Accord international pour des évacuations d'urgence — Esclavage en Libye

Solenn Plantier
Novembre 30, 2017

Il sortait alors d'une réunion mettant en présence l'Union européenne, l'Union africaine, l'ONU, la Libye, le Congo, le Maroc, le Niger, le Tchad mais aussi la France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne.

Depuis que la chaine américaine CNN a diffusé la vidéo d'une vente aux enchères des migrants noirs comme esclaves en Libye, une vague d'indignations s'est emparée de la planète.

Le président ivoirien Alassane Ouattara a cependant une autre approche de la situation, souhaitant lors d'une interview que "l'Europe s'ouvre " davantage pour permettre aux Africains qui veulent s'y rendre de le faire en toute légalité sans risquer de prendre la voie de l'immigration clandestine.

BFM TV Date d'ajout: 29/11/2017 Description: Interrogé par RFI et France 24, Emmanuel Macron a donné ce mercredi depuis la Côte d'Ivoire des précisions sur la réunion entre l'Union européenne et l'Union africaine sur la situation des migrants en Libye. "Nous devons aller plus loin et accélérer le programme de rapatriement volontaire vers leur pays d'origine" pour ceux qui n'ont pas droit à l'asile, avec l'OIM (Office international des migrations), a ajouté le président Macron. Avant d'évoquer une "task force", mesure phare du projet.

Les mêmes pays ont décidé de mettre en place "une coopération étroite avec une task force opérationnelle, associant leurs services de police et d'intelligence, avec un lien étroit avec toutes les puissances non représentées, pour démanteler les réseaux et leur financement et interpeller les trafiquants", a-t-il annoncé.

Aux termes du régime de sanctions en vigueur depuis 2011 contre la Libye, le Conseil de sécurité peut imposer des mesures de gel d'avoirs ou d'interdiction de voyage à l'encontre d'individus ou entités coupables de violations des droits de l'Homme.

Filippo Grandi, Haut Commissaire pour les réfugiés, a pour sa part fustigé la communauté internationale pour son "incapacité" d'agir pour prévenir les conflits et les résoudre.

Une commission d'enquête de l'Union africaine va être mise en place sur le sujet, a révélé Emmanuel Macron, soulignant qu'une "communication volontariste à destination de la jeunesse" était nécessaire pour "décourager ceux qui ont cédé aux sirènes des passeurs".

" Le drame qui se passe en Libye est un crime contre l'humanité.Cette tragédie que nous avons laissée prospérer nous ramène au plus désastre de notre histoire commune", déclare-t-il dépité.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL