Arabie: le prince héritier accuse l'Iran "d'agression directe"

Evrard Martin
Novembre 9, 2017

Leur chaîne de télévision, Al-Masirah, précise que le missile a été tiré depuis le Yémen à environ 750 kilomètres de Riyad. Ce missile pourrait être de fabrication irannienne, estime aussi Washington. Zarif a aussi dénoncé "les actions provocatrices du gouvernement saoudien dans la région", selon Ghassemi.

Le prince héritier d'Arabie saoudite a déclaré que l'implication présumée de l'Iran dans la fourniture de missiles aux rebelles houthis du Yémen était "une agression militaire directe par le régime iranien", a rapporté mardi l'agence officielle SPA.

L'Arabie saoudite a accusé l'Iran de fournir des équipements militaires clandestinement aux rebelles houthis.

Le conflit s'est intensifié depuis l'intervention en mars 2015 d'une coalition arabe menée par l'Arabie saoudite, puissance régionale sunnite, soutenant le Président Hadi. "Il risque de provoquer une nouvelle escalade des hostilités, l'augmentation du nombre de victimes civiles et l'aggravation de la situation humanitaire au Yémen en général", indique le communiqué. Selon les médias, l'engin avait été lancé par des rebelles houthis.

Les Houthis ont tiré à plusieurs reprises des missiles vers l'Arabie saoudite qui les a interceptés dans la plupart des cas.

Or ce conflit semble s'enliser au moment où l'Arabie saoudite a déclenché une crise ouverte avec le Qatar et mène une campagne de répression interne contre les milieux susceptibles de s'opposer aux réformes du prince héritier.

En outre, l'allié libanais de Ryad, le Premier ministre Saad Hariri, a annoncé samedi depuis la capitale saoudienne sa démission en accusant le Hezbollah chiite libanais et son allié iranien de "mainmise" sur le Liban et en disant craindre pour sa vie.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé le lendemain que M. Hariri avait été contraint à la démission par Ryad, alors que Téhéran a qualifié les accusations de M. Hariri de "sans fondement".

Sur le terrain, la coalition militaire conduite par l'Arabie saoudite a décidé de fermer temporairement tous les accès aériens, terrestres et maritimes au Yémen, afin d'empêcher l'armement par l'Iran des rebelles chiites houthistes.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL