Areva révèle un nouveau défaut de contrôle — Nucléaire

Xavier Trudeau
Novembre 21, 2017

Cela pourrait être une nouvelle pierre dans le jardin d'Areva et, par ricochet, d'EDF. Ils sont ensuite regroupés par lots dans des assemblages combustibles qui sont eux-mêmes placés dans le cœur des réacteurs nucléaires.

"Les mesures actuellement réalisées dans les réacteurs de Golfech 2, Flamanville 1 et Cattenom 3 n'exigent aucune disposition particulière pour l'exploitation des réacteurs en toute sûreté", confirme l'électricien.

D'après le communiqué publié par l'électricien, Areva " n'est pas en mesure de démontrer que le contrôle qualité prouvant l'étanchéité de ces crayons a bien été réalisé ".

D'après EDF, " 14 crayons sur les 2,6 millions installés sur le parc nucléaire français seraient concernés ". Et, sur ces 14 tubes, 3 " sont actuellement en cours d'utilisation " dans les réacteurs de Golfech 2 (Tarn-et-Garonne), Flamanville 1 (Manche) et Cattenom 3 (Moselle), tandis que les 11 autres n'ont pas encore été installés. Les crayons sont des tubes aux extrémités bouchées dans lesquelles ont été enfilées des pastilles d'uranium. Cette anomalie concerne le contrôle par ultrasons, sur l'usine de Paimboeuf (Loire-Atlantique). Celui-ci a été révélé après la découverte d'une fuite sur une barre de combustible. "Nous nous sommes rendu compte que le contrôle avait été défectueux pour un tube".

EDF se veut rassurant et estime qu'"aucune disposition particulière " n'est nécessaire pour assurer l'exploitation des réacteurs " en toute sûreté ".

Des médias suisses ayant rapporté que la centrale de Leibstadt, dans le nord de la Suisse, allait devoir rester fermée plus longtemps que prévu à cause de ces défauts, Areva avait alors précisé que les barres déjà chargées ne mettaient pas en péril la sécurité des centrales.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL