Des parents condamnés pour avoir menti sur la maladie de leur fille

Evrard Martin
Novembre 29, 2017

Un couple de Saint-Valérien (Yonne) a été condamné à cinq mois de prison ferme ce mardi 28 novembre 2017 pour escroquerie. En 2013, un médecin appelle le procureur de la République de Sens. Ces parents en surendettement avaient fondé l'association "Le souffle de Lydie" pour leur fille qu'ils disaient gravement malade.

La mère assurait qu'elle souffrait d'une broncho-pneumopathie obstructive chronique cancéreuse, une maladie chronique très grave qui ne touche pas les enfants.

Une enquête est alors menée, elle révèle que l'enfant est simplement asthmatique. Et qu'elle avait besoin d'une greffe de poumon et d'artère. Des manifestations de soutien avaient même été organisées, leur permettant de récolter pour 2.300 euros de fonds et même de "gagner" un fauteuil roulant. Pire, il n'en existe aucune forme cancéreuse! Son mari a reconnu l'escroquerie, même s'il a avoué avoir fait aveuglément confiance à sa femme sur la maladie de Lydie. "On n'a pas créé l'association dans un but d'enrichissement", s'excuse le père. "D'ailleurs aujourd'hui elle veut être médecin". Ses parents auraient donc profité d'une soi-disant maladie pour obtenir de l'argent de généreux donateurs, faisant vivre un calvaire à leur fille alors persuadée qu'elle souffre d'un cancer et qu'elle risque de mourir. Madame n'était jamais satisfaite des résultats des examens médicaux. Cela laisse forcément des traces chez un enfant. "Des personnes avaient prévu de venir d'un peu partout en France " explique la procureure qui demande au tribunal une peine de prison ferme pour chacun des parents: cinq mois de prison ferme et dix mois avec sursis, ainsi qu'une confiscation des comptes retenus sous scellés. Ils devront aussi rembourser plusieurs centaines d'euros aux particuliers qu'ils ont floués et verser 3.000 euros au conseil départemental pour préjudice moral. En tout, une cinquantaine de personnes abusées par le mensonge ont été identifiées par les enquêteurs.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL