Distribution du cannabis par une filiale de la SAQ

Claudine Rigal
Novembre 17, 2017

"Il ne sera permis de consommer du cannabis récréatif que dans une résidence privée", précise un résumé du projet de loi ontarien. Il sera également interdit de fumer dans les lieux suivants: abribus, terrain d'un établissement de santé ou d'enseignement postsecondaire, terrasses de bars, terrains de jeux ou sportifs, parcs, etc.

La ministre déléguée à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, a déposé jeudi matin le projet de loi constituant la Société québécoise du cannabis.

Québec avait déjà annoncé son intention d'établir l'âge légal de consommation de la marijuana à 18 ans.

"Je vous réponds franchement à la question", a laissé tomber la ministre Charlebois en conférence de presse.

Oubliez le 0.08, ce sera tolérance zéro pour le cannabis au volant.

Contrairement à la SAQ, la SQC ne versera pas de redevances au gouvernement. De plus, son mandat ne visera pas à faire la promotion de la consommation de marijuana, assure la ministre Charlebois. Le lieu ne sera pas " super attrayant", note-t-elle, sans non plus être " hyperdésagréable ". Québec estime que la marijuana est détectable dans la salive pour une période de quatre à six heures après la consommation, donc bien après la fin de l'effet de la drogue. Le message qu'on veut envoyer à la population, c'est: "si vous consommez du cannabis, ne conduisez pas", dit le ministre des Transports, André Fortin. Québec espère que celui-ci sera disponible d'ici juillet prochain.

Les experts proposent de vendre le gramme de pot entre 7 $ et 10 $ pour contrecarrer le marché noir, mais Québec n'a pas encore tranché. Seules les publicités informatives seront permises. Selon le prix retenu, les ventes de la Société québécoise du cannabis (SQC) pourraient s'élever à quelque 500 millions $ la première année, bien que cette évaluation demeure préliminaire. Les profits seront réinvestis dans un fond de prévention.

Environ 15 succursales de la SQC ouvriront leurs portes en juillet 2018. Les Québécois pourront toutefois se tourner vers la vente en ligne.

Aucun instrument de marketing ne sera permis dans la SQC. Les conseillers pourront expliquer les effets des différents produits, mais sans en faire la promotion.

" D'ici deux ans [.], il pourrait y avoir jusqu'à 150 magasins de vente de cannabis".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL