Gal Gadot refuse de signer pour la suite de Wonder Woman

Pierre Vaugeois
Novembre 13, 2017

L'actrice menacerait de ne pas tourner la suite de Wonder Woman si le réalisateur Brett Ratner, accusé par plusieurs actrices de harcèlement, conserve son rôle de producteur avec RatPac-Dune Entertainment, collaborateur privilégié de Warner sur de nombreux films.

Nouveau rebondissement lié aux problèmes de harcèlement sexuel dans l'industrie du divertissement à Hollywood. Gal Gadot, à l'affiche de "Justice League" cette semaine, ne voudrait pas que Ratner puisse bénéficier à l'avenir des revenus d'une franchise dont le premier épisode a été célébré pour la place inédite qu'il conférait à une femme dans un univers d'ordinaire dominé par des protagonistes masculins.

Liée à Warner Bros. par un contrat de co-financement, la société Ratpac apparaît presque systématiquement au générique de leurs productions.

Un Wonder Woman 2 sans Gal Gadot? Officiellement, pour des raisons d'agenda, mais l'absence de la comédienne a été interprétée comme un refus d'être associée au fondateur de RatPac. Mais l'interprète de la super-héroïne pourrait refuser de renfiler son beau costume selon Page Six. Cette source ajoute: "elle reste en accord avec ses principes". Elle connaît aussi la meilleure façon de frapper des gens comme Brett Ratner...au portefeuille. "Gal Gadot ne veut plus signer pour la suite à moins que Warner Bros ne se débarrasse de Brett ".

Engagée, Gal Gadot aurait donc fait pression sur le puissant studio. "Ils ne peuvent pas avoir un film qui vante l'émancipation des femmes financé en partie par un homme accusé d'agressions sexuelles sur des femmes". Face aux révélations de Page Six, la production a simplement répondu que tout cela était "faux". Sur le tournage de X-Men: l'affrontement final, le cinéaste aurait conseillé à une actrice de "baiser" avec la jeune femme pour lui "faire réaliser son homosexualité" (ce que confirme Anna Paquin, Malicia dans le film). Je suis de tout coeur avec toutes les femmes courageuses qui confrontent leurs peurs et parlent de leurs expériences.

Lors des premières annonces concernant l'affaire Harvey Weinstein, Gal Gadot avait déjà pris la parole sur Instagram.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL