L'armée met en garde le pouvoir — Zimbabwe

Claudine Rigal
Novembre 14, 2017

Lors d'une conférence de presse à Harare, le général Constantin Chiwenga a réclamé la "fin " de ce qu'il a qualifié de purge au sein du parti présidentiel, avertissant que l'armée pourrait "intervenir ".

L'ancien Vice-président, qui a reçu le soutien des anciens combattants de la guerre d'indépendance, entretient des liens étroits avec les militaires.

D'un côté les inconditionnels du président Robert Mugabe, et de l'autre, les alliés du vice-président Emmerson Mnangagwa. Ce dernier a été démis de ses fonctions, puis expulsé du parti au pouvoir, la Zanu-PF, après un bras de fer avec l'épouse du chef de l'Etat.

Mais dans son camp, on voit dans ces accusations, la main noire de la Première dame Grace Mugabe, elle-aussi prétendante à la magistrature suprême, qui aurait orchestré une campagne de dénigrement à l'encontre de M. Mnangagwa.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL