Le conflit social à Air France devant le tribunal des référés

Xavier Trudeau
Novembre 14, 2017

Depuis vendredi dernier, la grève des 87 hôtesses et stewards d'Air France basés à Tahiti perturbent les vols Papeete-Los Angeles.

Mercredi prochain, un avion de la compagnie devrait prendre le départ. Et il dénonce entre autres la baisse des aides et des droits, des "offensives contre les agents de la Fonction Publique", le gel du point d'indice ou des "mesures régressives pour les retraités ". Malgré des négociations, la grève se poursuit.

Lors de la dernière grève du contrôle aérien en octobre, la DGAC avait demandé aux compagnies aériennes de supprimer 30% de leur programme de vol, entrainant des centaines d'annulations de vol. En septembre, 15% des vols avaient été supprimés dans les aéroports de la région parisienne en septembre lors d'un mouvement similaire. 296 d'entre eux ont pu partir dans la nuit de dimanche à lundi depuis Papeete, par un vol Air France opéré par la compagnie concurrente Air Tahiti Nui.

"Ce qui est sûr, c'est qu'il va falloir être plus attentifs aux coûts, ce n'est pas au moment de l'arrivée d'un concurrent qu'on va les augmenter", a déclaré à l'AFP le directeur régional d'Air France en Polynésie, Alex Hervet, qui assure cependant que la ligne est "en bonne santé économique depuis cinq ans". "La ressource en chambre d'hôtel étant limitée à Tahiti surtout les week-ends, priorité sera donnée aux clients non-résidents et sans hébergement, ce qui représente en moyenne 80% des clients de chaque vol ". Les premiers vols sont prévus en mai.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL