"Le musée des merveilles": Todd Haynes nous touche en plein cœur !

Pierre Vaugeois
Novembre 15, 2017

Le Musée des merveilles, adaptation d'un roman graphique de Brian Selznick (Black Out), pourrait quant à lui être résumé ainsi: à cinquante ans de distance (en 1927 et 1977), deux enfants sourds (Rose et Ben) fuguent pour aller retrouver à New York un parent absent et leur périple consiste à confronter cette expérience à des rêves et des représentations (films, photos, dessins, diorama), c'est-à-dire à accéder à la réalité à travers des images; et inversement, puisque chez Haynes la réalité n'est souvent que l'interface entre les images, le lieu où elles se retournent, se redistribuent, s'échangent. Il a rendu un hommage sidérant à son maître Douglas Sirk, le grand maître du mélo hollywoodien, dans un somptueux portrait de fille en crise: Loin du paradis, interprété par sa comédienne fétiche: Julianne Moore.

Depuis ses débuts dans les années 90, Todd Haynes nous aura tout fait. Il a signé un film sublime sur la relation amoureuse impossible entre deux femmes dans l'Amérique puritaine des années 1950: " Carol ", campé par Cate Blanchett et Rooney Mara. On en passe... Le nouveau film de l'orfèvre du cinéma américain, Le musée des merveilles, a été présenté en mai dernier en compétition au Festival de Cannes, mais il n'a pas convaincu le jury présidé par Pedro Almodovar.

L'art de Todd Haynes (lire ci-contre) consiste donc d'abord à accumuler des références, des citations, des collages qui forment le monde imagé dans lequel évoluent ses personnages. Et l'on se demande encore pourquoi il est reparti bredouille de la Croisette. Le manque, la solitude, le foisonnement de la vie intérieure. Admirablement écrit et filmé - la reconstitution des deux époques relève de l'orfèvrerie -, " Le Musée des merveilles ", aux antipodes de tous les académismes, bouleverse en profondeur, impressionne par sa virtuosité et, de surcroît, confirme combien Todd Haynes est un grand directeur d'acteur. Une double prestation remarquable et une raison supplémentaire de découvrir ce film rare, l'un des plus beaux de la fin d'année.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL