" "Le " Washington Post " démasque une fausse informatrice — Harcèlement sexuel

Claudine Rigal
Novembre 29, 2017

"La dernière chose dont nous avons besoin en Alabama et au Sénat est une marionnette de (Chuck) Schumer et de (Nancy) Pelosi", a twitté M. Trump en référence aux chefs de l'opposition démocrate au Sénat et à la Chambre des représentants.

Alors que Donald Trump avait ce week-end le loisir d'éviter la presse, il a de lui-même choisi d'afficher un soutien polémique à Roy Moore.

Ce dernier est "FAIBLE sur la Criminalité, FAIBLE sur la Frontière, Mauvais pour notre Armée et nos supers Anciens combattants", a-t-il détaillé en énumérant d'autres thèmes chers à l'électorat républicain - droit au port d'armes, diminution des impôts -, avant de conclure: "Jones serait un désastre!".

Contre-attaque en règle. Le Washington Post a révélé lundi 27 novembre qu'il avait été approché par une femme assurant avoir eu une relation avec le sénateur républicain Roy Moore lorsqu'elle avait 15 ans, et lui plus d'une quarantaine, dans les années 1990. Il dit que cela ne s'est pas passé. "Et vous savez, il faut aussi l'écouter", avait-il fait savoir. Le sujet est pourtant très épineux, puisque le candidat au poste de sénateur de l'Alabama est accusé de pédophilie.

Roy Moore, magistrat ultra-conservateur, est accusé par quatre femmes d'agressions sexuelles, qui remonteraient à quatre décennies. Mise devant ses contradictions, cette femme identifiée comme Jaime Phillips met un terme à l'entrevue et décide de retirer son témoignage sur Roy Moore.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL