Les enfants allemands privés de smartwatch

Claudine Rigal
Ноября 20, 2017

Suite à la découverte de nombreuses failles de sécurité facilement exploitables par les pirates et de nombreux abus, l'Allemagne a pris la décision d'interdire les montres connectées pour enfants. Une décision prise le vendredi 17 novembre par l'agence fédérale des réseaux.

Ce n'est pas la première fois que l'Allemagne bannit un produit électronique destiné aux enfants.

L'agence a demandé aux parents de détruire tous les appareils qu'ils ont achetés, et a demandé aux écoles d'être à l'affût des smartwatchs utilisées par les enfants - et de demander la destruction des appareils d'écoute qu'ils identifient. En février dernier, le même organisme avait dû interdire la vente des poupées connectées Cayla en raison des risques de piratage et de collecte d'informations sensibles à l'insu de leurs jeunes utilisateurs.

Des fonctions aussi détournées par des parents un peu trop intrusifs qui ont poussé l'agence allemande à sévir, comme l'explique son président Jochen Homann: "en utilisant une simple application, les parents peuvent espionner leurs enfants et leurs enseignants, ce qui est absolument contraire à la législation allemande ". Ces produits permettant aux parents de connaître la localisation de leur enfant en temps réel et d'activer une fonction d'écoute à la manière d'un babyphone doivent être considérés "comme des dispositifs d'écoute non autorisés", selon la Bundesnetzagentur. Deux ans après sa commercialisation, un étudiant allemand avait démontré comment il était facile de se connecter à son système Bluetooth pour écouter l'environnement de l'enfant et communiquer avec lui.

Vendues dans de nombreux pays, les montres GPS sont utilisées par les parents pour mieux protéger leurs enfants. Concernant, cette problématique, la loi allemande est très stricte, tandis que le respect de la vie privée fait partie des notions les plus importantes pour les citoyens allemands qui ont vécu la surveillance généralisée en Allemagne de l'Est. En octobre 2017, le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) pointait du doigt la sécurité de ces montres connectées.

Selon Techcrunch, la dernière interdiction pourrait accroître la pression exercée par la Commission européenne afin de déterminer si une réglementation à l'échelle de l'Union européenne est envisageable pour les jouets connectés à Internet.

D'autres rapports

Discuter de cet article