Les particules fine, néfastes pour le sperme

Evrard Martin
Novembre 24, 2017

La pollution de l'air aux particules fines est néfaste pour le sperme. Une triste découverte qui pourrait expliquer l'infertilité de nombreux couples.

Cette étude, menée à Taïwan sur 6.457 hommes âgés de 15 à 49 ans entre 2001 et 2014, précise qu'il existe un lien fort entre l'exposition aux particules fines PM 2.5 et la dégradation de la qualité du sperme. Pour les auteurs, issus principalement de l'université chinoise de Hongkong, cet effet positif de l'exposition aux particules fines doit être dûe à un " mécanisme de compensation ".

Les niveaux de PM2.5 ont été estimés pour l'adresse du domicile de chaque participant pendant une période de trois mois, correspondant à la durée nécessaire pour générer le sperme, et sur deux ans en moyenne, en utilisant une approche mathématique combinée aux données satellites de la NASA.

L'étude a montre que toute augmentation de particules fines de 5 microgrammes par mètre cube d'air entraînait une baisse de près de 1,3 % de la morphologie des spermatozoïdes.

Une explication qui n'a guère de fondements scientifiques, critique Sheena Lewis, professeur émérite de médecine reproductive à la Queen's University de Belfast.

En outre, il explique dans le Science Media Centre de Londres que ce critère ne serait pas aussi cliniquement pertinent qu'on le pensait. Les auteurs de l'étude recommandent que d'autres recherches soient menées sur ce thème.

L'Organisation mondiale de la santé, pour sa part, préconise de limiter l'exposition aux particules fines à 10 µg/m3 en moyenne annuelle. Mais ces recommandations ne sont pas suivies au niveau de l'Union européenne, qui fixe depuis 2015 une limite de 25 µg/m3.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL