Londres et l'UE doivent avancer ensemble pour un accord, insiste May — Brexit

Claudine Rigal
Novembre 24, 2017

Le négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit, Michel Barnier, a assuré lundi que l'UE était prête à offrir au Royaume-Uni "le plus ambitieux" des accords commerciaux après son départ, à condition que Londres respecte les strictes conditions européennes.

Dans la capitale belge pour assister à un sommet de l'UE avec des pays de l'ex-URSS, Mme May doit rencontrer à 16H30 (15H30 GMT) le président du Conseil européen, Donald Tusk, pour faire le point sur des négociations enlisées depuis des mois.

"Cela revient à la fois au Royaume-Uni et à l'Union européenne de passer à la prochaine étape des négociations", a insisté Mme May, qui doit également avoir des rencontres bilatérales vendredi avec la Lituanie, la Belgique et le Danemark. La facture britannique pour solder les engagements du Royaume-Uni dans l'Union européenne sont au cœur des crispations.

Une source gouvernementale a confirmé que les ministres étaient tombés d'accord pour augmenter l'offre proposée à Bruxelles, sans donner de chiffre. L'UE demande elle une somme de 50 à 60 milliards d'euros. En contrepartie de cette rallonge, Londres souhaiterait obtenir de Bruxelles des garanties sur la signature d'un "bon" accord sur la future relation commerciale entre le Royaume-Uni et l'UE, indique The Independent.

Selon eux, il est nécessaire qu'une initiative britannique soit présentée autour de cette date du 4 décembre afin que les chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Sept puissent éventuellement décider le passage à la seconde phase des discussions lors du Conseil européen prévu les 14 et 15 décembre.

Dublin craint le retour d'une frontière "dure" avec l'Irlande du Nord, avec des postes-frontières, qui fragiliserait l'accord de paix de 1998 ayant mis fin à 30 années de guerre civile.

Des progrès doivent être faits dans les négociations du Brexit "dans un sens qui évite une frontière +dure+ sur l'île d'Irlande", a répété vendredi à Bruxelles le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL