Merck condamné — Affaire du Levothyrox

Evrard Martin
Novembre 14, 2017

Cette condamnation est assortie d'une astreinte de 10 000 euros par jour par infraction constatée.

Les patients de Haute-Garonne devraient donc pouvoir se procurer ce médicament dans la pharmacies de leur département.

Le tribunal de Toulouse a condamné, ce mardi 14 novembre, le laboratoire Merck à délivrer "sans délai" l'ancienne formule du Levothyrox en Haute-Garonne, "par le biais des circuits de distribution et de commercialisation".

"C'est une pression considérable pour les contraindre à livrer le produit", a déclaré à l'AFP l'avocat des plaignants, Jacques Lévy, après avoir lu le jugement.

Mise sur le marché en mars, la nouvelle formule de ce médicament prescrit à 3 millions de personnes en France pour traiter des pathologies thyroïdiennes est accusée de graves effets secondaires comme des crampes, maux de tête, vertiges et perte de cheveux. L'avocat avait détaillé de lourds effets secondaires sur l'humeur, des problèmes gastriques, des troubles du sommeil chez ces utilisateurs de la nouvelle formulation.

De son côté, l'avocat du laboratoire, Me Antoine Robert, avait estimé que la juridiction civile toulousaine n'était pas compétente pour statuer sur la fourniture d'un médicament "qui ne dispose plus d'autorisation de mise sur le marché (AMM)".

Mme Colin-Chauley avait déjà attaqué les autorités ministérielles et administratives devant le tribunal administratif de Nice, qui a toutefois rejeté ses demandes de "mesures d'instruction contre l'ANSM" et de "mesures utiles à prendre par la ministre de la Santé et le ministre de l'Economie".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL