Nucléaire : Hulot prêt à revenir sur l'objectif des 50% en 2025

Xavier Trudeau
Novembre 7, 2017

Selon le ministre de la Transition écologique, qui s'est exprimé à l'issue du Conseil des ministres, le calendrier adopté sous le précédent quinquennat - et maintenu par Emmanuel Macron - entraînerait un dérapage sur les autres objectifs en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

La loi de 2015 sur la transition énergétique prévoit de ramener de 75% à 50% d'ici à 2025 la part de l'atome dans la production d'électricité française, un objectif qui avait été fixé après des mois d'âpres débats au Parlement.

Nicolas Hulot choisit le "réalisme" plutôt que la "mystification". L'écologiste participait au compte-rendu hebdomadaire du porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, accompagné de ses deux secrétaires d'Etat, Brune Poirson et Sébastien Lecornu.

À l'issue du Conseil des ministres, le ministre de la Transition écologique et solidaire a en effet laissé entendre que l'objectif de ramener à 50% en 2025 la production d'électricité issue du nucléaire n'était pas réalisable.

"Si l'on veut maintenir la date de 2025 [.], ça se fera au détriment de nos objectifs climatiques".

Le ministre a expliqué qu'il préférait prendre le temps pour trouver une "date réaliste" pour que le nucléaire descende à 50%. Mais le gestionnaire du réseau de transport d'électricité RTE a souligné, mardi, la " difficulté " à atteindre l'objectif de 50 % en 2025 pour respecter l'objectif de baisse des émissions de CO2.

"Tout cela va prendre quelques mois et, en fonction de cela, nous fixerons une nouvelle date", a-t-il indiqué. Mardi, RTE a en effet jugé que ce respect des 50% en 2025 reviendrait à fermer 24 réacteurs nucléaires en plus d'intensifier le développement des énergies renouvelables, mais aussi repousser la fermeture des centrales à charbon, particulièrement polluantes, et construire de nouvelles centrales au gaz.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL