Plus de la moitié des centres ne respectent pas la réglementation — Bronzage

Evrard Martin
Novembre 6, 2017

Pointés régulièrement du doigt par les dermatologues, les centres de bronzage sont désormais dans le viseur de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Une enquête inquiétante quand on sait que l'exposition aux rayonnements UV est un facteur de risque majeur dans le développement des cancers de la peau.

Malgré des réglementations strictes et régulièrement revues à la hausse, plus de la moitié des centres de bronzage ne respecteraient pas les normes en vigueur, indique un rapport officiel. Elles sont interdites aux moins de 18 ans, aucune offre ne peut proposer une utilisation à volonté ou gratuite, d'un appareil de bronzage, ni des tarifs préférentiels ou des offres promotionnelles.

Sur 982 établissements contrôlés, 358 ont reçu un avertissement et 242 une injonction de la part de la Direction Générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Autre infraction: la formation des personnels qui travaillent dans ces centres de bronzage. Ainsi, si la réglementation oblige à un contrôle technique tous les deux ans, certains établissements ont " oublié " cette procédure, parfois pendant 7 ans.

Le syndicat des professionnels du bronzage que nous avons contacté se défend en affirmant que l'immense majorité des établissements sont en conformité, que la sécurité des utilisateurs est respectée, et qu'il n'a pas la même interprétation de la loi que la répression des fraudes en matière de publicité. "La séance à un euro est un exemple de ce type d'offre commerciale interdite", note la DGCCRF. Les infractions concerneraient la révision des appareils, la publicité et la formation des employés. Les mentions laissant croire à des effets bénéfiques pour la santé des UV artificiels ont aussi été quasi inexistantes.

Lors de cette vaste opération de contrôle, les enquêteurs ont dressé 31 procès-verbaux administratifs et 25 procès-verbaux pénaux.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL