"Si mon frère n'avait pas été là, je me serais suicidé" — Stromae

Pierre Vaugeois
Novembre 10, 2017

En juin 2015, en pleine tournée mondiale pour le " Racine Carrée Tour ", Stromae doit être rapatrié d'urgence en Belgique après des soucis de santé contractés en République démocratique du Congo.

A l'époque, Stromae a été victime comme d'autres malades des effets secondaires du Lariam, un antipaludique aux effets secondaires catastrophiques: " J'étais stressé, j'étais épuisé.

Puis, au cours de ce reportage, il a fait des confessions alarmantes, expliquant avoir voulu mettre fin à ses jours à un certain moment. "Il y avait un truc qui allait pas" Afin de sensibiliser sur les conséquences parfois dramatiques du Lariam, Stromae a accepté de témoigner dans le documentaire "Malaria Business", qui sera diffusé sur France Ô le 29 novembre dans l'émission "Investigatiôns". Ça m'est arrivé en juin 2015, rappelle d'abord le Maestro. C'était dans le cadre de ma tournée en Afrique. En octobre, Stromae confiait à Libération avoir fait une rechute. Tout prédisposé à péter un plomb, mais l'accélérateur c'était le Lariam. Pendant les concerts, je ne m'en rendais pas compte, on n'a pas le recul.

Dans différentes interviews récentes, il parlait des effets secondaires du médicament, le Lariam, qu'il ressent encore aujourd'hui. "C'est de la paranoïa, c'est plein de trucs" se souvient-il. Des présences essentielles, voir cruciales, comme celle de l'un de ses frères: "Mon frère a eu le déclic". Et je pense que s'il n'avait pas été là, je me serais sans doute suicidé cette nuit-là. Et d'ajouter: "Je pèse bien mes mots quand je vous dis ça. S'il n'avait pas été là, je ne pense pas que je pourrais vous parler aujourd'hui", poursuit-il dans des propos retranscrits par PurePeople.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL