Une première mondiale entre jumeaux — Greffe de peau

Evrard Martin
Novembre 23, 2017

Après avoir partagé un utérus, il partage aujourd'hui de la peau.

Un homme de 33 ans, brûlé à 95% après un accident du travail en septembre 2016, a été sauvé grâce à une greffe de peau. Son frère a des cicatrices mais est rentré chez lui.

Les deux frères ont été opérés au même moment par deux équipes de chirurgiens et d'anesthésistes réanimateurs de l'hôpital Saint Louis, AP-HP afin de réaliser le transfert immédiat de la peau. Pour la première fois dans le monde, une greffe de peau a été réussie sur le corps d'un homme, brûlé à 95%.

L'immense avantage d'avoir recouru à la peau de son jumeau homozygote (c'est-à-dire issu du même oeuf) réside dans le fait que la peau ne sera jamais rejetée.

Après plus de quatre mois de soins spécialisés, le patient est sorti du centre de brûlés de l'hôpital de Saint-Louis. Se faisant, Éric lui a sauvé la vie.

Une première inédite qui donne de l'espoir aux médecins, pour pouvoir ensuite envisager de faire progresser la réussite des greffes de peau. Dans un bloc, la peau d'Éric est prélevée. Au total, Frank a subi une dizaine d'opérations, incluant greffes et interventions pour exciser la peau brûlée, toxique pour l'organisme, note le Pr Mimoun. "Les petites plaies entre chaque maille cicatrisent en dix jours", explique le chirurgien, qui précise que le donneur n'est pas balafré, mais "conservera peut-être une petite différence de pigmentation".

L'utilisation de la peau de donneur décédé est classique chez les grands brûlés, mais est systématiquement rejetée au bout de quelques semaines et doit être remplacée.

Pourquoi prélever cette peau sur un jumeau plutôt que sur une autre personne de la famille, voire un étranger?

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL