10 millions de dollars pour les enfants-soldats — CPI

Claudine Rigal
Décembre 16, 2017

La Cour pénale internationale (CPI) a décidé ce vendredi 15 décembre du montant des réparations collectives destinées aux enfants-soldats congolais.

S'ils ont retenu 425 victimes directes ou indirectes parmi les candidats à des indemnisations, les juges ne sont toutefois pas parvenus à déterminer le nombre précis de victimes mais ont affirmé que " des centaines, voire des milliers de victimes additionnelles ont été affectées par les crimes de M. Lubanga ". Les victimes sont justement ces anciens enfants-soldats.

L'ancien chef de guerre avait été reconnu coupable et condamné à 14 ans de prison en 2012 pour avoir enrôlé des enfants, dont certains à peine âgés de onze ans, et de les avoir utilisés comme soldats ou gardes du corps au début des années 2000 dans le nord-est du pays. "Il y a des préjudices qu'on ne peut pas calculer". Est-ce que cela vaut un million? "Un demi-million, 100.000 euros, 10.000 euros, mille euros?", avait questionné le représentant des victimes Luc Walleyn en audience l'année dernière. De retour chez elles, souvent avec un enfant issu des viols qu'elles ont subis, de nombreuses filles sont rejetées par leurs familles et communautés, après avoir déserté les rangs des milices. " C'est une reconnaissance de la grande souffrance vécue par les enfants exploités et abusés sous Thomas Lubanga ", a réagi, auprès de l'AFP, Sandra Olsson, directrice de programme pour l'ONG Child soldiers international, satisfaite par ce dénouement. Jugées indignes du mariage, elles sont condamnées à vivre dans la pauvreté et l'isolement alors qu'elles souhaitent avant tout retourner à l'école.

D'après Bbc, ces derniers avaient été forcés à combattre dans la milice de l'ex-chef de guerre Thomas Lubanga.

Du fait de l'indigence de M. Lubanga, la Chambre a invité le Conseil de direction du Fonds au profit des victimes (FPV) à examiner la possibilité d'affecter un montant supplémentaire à la mise en œuvre des réparations collectives dans cette affaire et/ou d'évaluer la possibilité de poursuivre ses efforts visant la collecte de fonds supplémentaires.

Mais avec une réserve actuelle de 5,5 millions d'euros, il devra compter lourdement sur la participation des Etats membres pour parvenir à rassembler la somme équivalent à 8,5 millions d'euros, a indiqué M. De Baan à l'AFP: "Nous n'avons pas cet argent".

Il s'agit là de la troisième ordonnance de réparations rendue par la Cour de La Haye.

Selon le communiqué de la CPI, cette décision complète ainsi l'Ordonnance de réparation du 3 mars 2015, qui avait octroyé des réparations collectives aux victimes des crimes de guerre commis par M. Lubanga, à savoir la conscription, l'enrôlement d'enfants de moins de 15 ans dans le groupe armé Union des patriotes congolais (UPC)/Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC) et le fait de les faire participer activement à des hostilités.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL