Antonio Costa, premier ministre du Portugal — Il fait l'actu

Claudine Rigal
Décembre 6, 2017

Après une RHN réussie en avril 2015 sanctionnée par la signature de neuf accords embrassant différents secteurs stratégiques pour les deux parties notamment la sécurité, l'énergie, le transport maritime, le tourisme, la formation et la recherche scientifique, les travaux de cette rencontre augurent de belles perspectives pour la coopération luso-marocaine. Les opérateurs portugais optent de plus en plus pour la destination Maroc.

Le Premier ministre portugais préside une importante délégation composée de membres de l'Exécutif, de hauts responsables et des hommes d'affaires, aux travaux de la 13ème session de la réunion de haut niveau Maroc-Portugal.

A l'agenda du chef du gouvernement portugais des entretiens avec son homologue marocain, Saâd Eddine El Othmani et avec les présidents de la Chambre des représentants et de la Chambre des Conseillers. Yassir Znagui et Abdelatif Menouni, ainsi que des membres du gouvernement, l'ambassadrice du Maroc à Lisbonne et plusieurs opérateurs économiques. D'ailleurs un protocole de coopération a été signé lors de la réunion de haut niveau dans le domaine du gouvernement digital et des technologies de l'information visant à promouvoir l'administration en ligne et la société de l'information.

"C'est un projet d'une grande importance, car il permet une plus grande valorisation de notre capacité de produire et d'exporter de l'énergie renouvelable d'une part, et de renforcer encore davantage les relations avec le Maroc d'autre part", avait déclaré à la MAP le Premier ministre portugais, Antonio Costa. Les deux parties ont plaidé pour le renforcement de la coopération énergétique entre le Maroc et le Portugal. L'éventualité d'un partenariat tripartite avec le Portugal et l'Afrique dans les domaines énergétiques et miniers a également été évoquée par Aziz Rabbah et Manuel Caldeira Cabral.

Il a, en outre, confirmé le rôle prépondérant de l'économie circulaire et du développement durable en lien avec ces secteurs, soulignant que le secteur de l'énergie s'inscrit, pour le Maroc, dans une vision d'intégration régionale qui le place comme un relais entre l'Europe et l'Afrique, notamment en matière d'interconnexions et d'ouverture des marchés. En marge de cette rencontre, les groupes de travail thématiques mixtes ont été appelés à poursuivre leurs discussions en vue d'élaborer une feuille de route déclinée en plans d'actions de coopération dans les domaines des énergies et des mines.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL