Au moins 234 morts, 400 blessés dans les récents combats à Sanaa — Yémen

Claudine Rigal
Décembre 7, 2017

" Le Canada appuie l'appel à la trêve humanitaire lancé par les Nations Unies pour que les civils puissent quitter leur foyer afin d'aller chercher de l'aide et d'être protégés.", poursuit la cheffe de la diplomatie canadienne".

" Le Canada exhorte les rebelles Houthis et leurs partisans ainsi que le gouvernement Hadi et ses partenaires de la coalition à retourner à la table de négociations.", conclut la ministre.

La capitale du Yémen, Sanaa, fait l'objet de violents affrontements et de frappes aériennes depuis cinq jours, laissant des milliers de personnes dans la peur, piégées et sans aucun accès à l'aide humanitaire. 'Les hôpitaux de Sanaa qui manquent de carburant pour faire fonctionner les générateurs et de médicaments ont cruellement besoin de notre aide', a indiqué Robert Mardini. Cela démontre selon lui, 'qu'il n'y a malheureusement pas de fin en vue pour les souffrances du peuple yéménite'. "Vingt millions de personnes, soit 70% de la population, ont besoin d'assistance humanitaire, c'est à dire de nourriture, eau, hygiène, soin de santé.", a ajouté M. Pont en rappelant que le pays avait également subi ces derniers mois "la plus grande épidémie de choléra" jamais observée depuis des décennies.

Pour M. Mardini, 'les statistiques cachent toujours les tragédies personnelles mais aujourd'hui il n'y a pas un seul Yéménite qui n'ait pas souffert du conflit'. 'Le temps est venu pour arrêter la tragédie et prendre des mesures audacieuses'.

'Ce pays a été alimenté par perfusion pendant deux ans. "Il a besoin de soins intensifs ".

Khoukha est située entre Mokha, ville stratégique sur la mer Rouge tenue par les forces loyalistes et Hodeida, un port aux mains des rebelles qui constitue un accès clé pour l'aide humanitaire.

La capitale yéménite a passé la nuit sous les bombardements et les survols intensifs de l'aviation de la coalition menée par l'Arabie saoudite qui combat les rebelles depuis 2015, ont rapporté des habitants.

Ce blocus a été allégé ensuite partiellement, malgré de nombreux appels de l'ONU en ce sens.

Les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran, ont renforcé leur emprise mardi sur la capitale yéménite Sanaa au lendemain de l'élimination de leur ancien allié, devenu leur adversaire, l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL