Avantages fiscaux: l'UE ouvre une enquête sur Ikea

Xavier Trudeau
Décembre 18, 2017

"Nous allons à présent procéder à un examen minutieux du traitement fiscal que les Pays-Bas ont appliqué à Inter IKEA", a indiqué la commissaire européenne en charge de la concurrence, Margrethe Vestager. L'organe exécutif soupçonne en effet Ikéa d'avoir bénéficié d'avantages fiscaux indus de la part des Pays-Bas. Ikea s'en défend, et explique avoir été imposée "conformément aux règles européennes".

"Toutes les sociétés, grandes ou petites, multinationales ou non, doivent payer leur juste part d'impôts".

Cette décision a été jugée illégale par la Commission européenne.

"La façon dont nous avons été taxés par les autorités nationales a été conforme, de notre point de vue, aux règles de l'UE", a répondu Ikea dans un communiqué à l'AFP, se disant disposé à "coopérer et à répondre aux questions des autorités néerlandaises et de la Commission européenne".

Cette enquête sur Ikea fait suite à un rapport publié par les eurodéputés verts en février 2016, dans lequel ils avaient dénoncé "la stratégie de planification fiscale agressive" du géant de l'ameublement suédois. Ils se sont félicités de la décision de la Commission. "Nous espérons que cela va aboutir à un remboursement", a-t-il ajouté, avant de s'emporter contre les Pays Bas, qu'il a traité de "plus grand paradis fiscal du monde entier pour les grandes entreprises".

L'ouverture d'une enquête approfondie donne aux Pays-Bas et aux tiers intéressés l'occasion de formuler des observations.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL