Climat: 80 économistes appellent à ne plus financer les énergies fossiles

Xavier Trudeau
Décembre 7, 2017

Il est temps que l'ensemble des acteurs économiques mondiaux se tournent pleinement vers des énergies renouvelables sûres et d'abandonner les combustibles fossiles.

"Plus un sou pour les énergies du passé!"

Nous publions cet appel à l'action à l'approche du sommet sur le climat organisé à Paris en décembre par Emmanuel Macron.

Les 80 économistes déplorent l'absence dans les débats d'un problème qu'ils jugent primordiale: le financement des énergies fossiles.

Cette pétition accueille notamment dans ses rangs les Américains Jeffrey Sachs (conseiller senior de l'Onu) et James Kenneth Galbraith, les Grecs Yanis Varoufakis (ex-ministre de l'Economie) et Phoebe Koundouri, les Italiens Simone Borghesi, Marzio Galeotti, le Tunisien Slim Ben Youssef, l'Israélien Yifat Reuveni et les Français Alain Karsenty, Patrick Criqui, Hélène Ollivier, Dominique Plihon, Jean-Pierre Ponssard et Cécile Renouard.

Ils rappellent que ces actions doivent être menées "sans délai", afin d'en finir avec "l'exploration et l'expansion des projets fossiles". Selon les études scientifiques, il faudra écourter l'exploitation des réserves en cours si le monde veut rester sous le seuil critique de 2°C de réchauffement. Pour le dire autrement: il n'y a plus de place pour de nouvelles infrastructures fossiles, et il n'y a donc aucune raison de continuer d'investir dans le secteur. "Les institutions de développement comme les investisseurs publics et privés ont la responsabilité urgente et l'obligation morale de montrer la voie".

La déclaration conclut sur l'idée que le développement des énergies renouvelables est actuellement bloqué par l'hypothèse erronée que portent certains acteurs sur la prétendue "nécessité" des énergies fossiles.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL