Des maires dénoncent un manque de moyens — Migrants

Claudine Rigal
Décembre 17, 2017

Dans cette tribune, les maires dénoncent des dispositifs alloués à l'hébergement des demandeurs d'asile "complètement saturés, et ce malgré l'augmentation régulière du nombre de places.".

Outre Alain Juppé et Martine Aubry, les maires de Rennes (la socialiste Nathalie Appéré), de Toulouse (le Républicain Jean-Luc Moudenc), de Grenoble (l'écologiste Eric Piolle) et de Nantes (la socialiste Johanna Rolland) ont signé cet appel dont le maire PS de Strasbourg, Roland Ries, est à l'origine. "Nous sommes au pied du mur". Dans une tribune publiée dans "Le Monde ", daté de ce dimanche, les édiles demandent de l'aide face à l'afflux de migrants. "L'Etat [.] doit engager de nouvelles mesures, aussi fortes qu'innovantes, pour se hisser enfin à la hauteur de la crise que nous traversons".

"Il y a urgence"

"L'évidence est là, sous nos yeux, dans nos rues, dans les foyers et les centres d'hébergement: il y a urgence.(...) Nous ne pouvons, nous ne devons, nous résigner au drame humain, social et sanitaire que constitue le déracinement des migrants."

"Or, ce sont bien nous, les maires, à la tête de grandes villes de ce pays, qui sommes au front face aux personnes en détresse, aux citoyens, aux associations", expliquent les maires de grandes villes qui proposent la création d'un "réseau solidaire entre les villes de France", destiné à être "un interlocuteur majeur de l'Etat".

"Accueillir dignement les nouveaux habitants relève de nos responsabilités à tous".

Dans une circulaire du ministère de l'Intérieur adressée aux préfets concernant le relogement des réfugiés, et consultée par l'AFP, le gouvernement fixe un objectif de mobilisation "de 20.000 logements" d'ici à fin 2018, "déclinés régionalement" pour assurer une "répartition équilibrée" des réfugiés, et en mobilisant les bailleurs du parc privé et public. Par ailleurs, les autorités ont demandé aux préfets de mettre en place progressivement des " équipes mobiles " chargées du recensement des migrants dans l'hébergement d'urgence.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL