Jérusalem comme capitale d'Israël. On s'en doutait : la Turquie est contre

Claudine Rigal
Décembre 6, 2017

Le porte-parole du gouvernement turc, Bekir Bozdag, a lui aussi averti que la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël serait une "catastrophe" pour la région et entraînerait de nouveaux conflits.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan va organiser le 13 décembre à Istanbul un sommet des dirigeants des principaux pays musulmans à la suite de la décision de l'administration américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Lors de ces entretiens, M. Erdogan a signalé que cette éventuelle démarche entravera le processus de paix au Moyen-Orient. Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a lui aussi mis en garde mercredi contre la mesure américaine avant une rencontre avec son homologue américain Rex Tillerson en marge d'une réunion de l'Otan à Bruxelles.

Appelant l'administration américaine à "revenir immédiatement" sur sa "grave erreur" M. Kalin a déclaré: "Jérusalem est notre honneur, Jérusalem est notre cause commune". "Je l'ai déjà dit (à M. Tillerson) et je le lui redirai", a-t-il ajouté.

Il a été rapporté la semaine dernière que le président américain Donald Trump envisageait de transférer sous peu l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem et de reconnaître officiellement la ville comme capitale d'Israël.

Israël considère la Ville sainte comme sa capitale "éternelle et réunifiée", mais les Palestiniens estiment que Jérusalem-Est doit être la capitale de l'Etat auquel ils aspirent. La communauté internationale n'a jamais reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël ni l'annexion de sa partie orientale occupée en 1967.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL