La plateforme retire le Bitcoin de ses moyens de paiement — Steam

Alain Brian
Décembre 7, 2017

Nous assistons peut-être à lavènement d'un premier cataclysme pour la célèbre cryptomonnaie, en effet, Steam, plateforme plus quinfluente du jeu dématérialisé, vient d'annoncer qu'elle retirait le Bitcoin de ses moyens de paiement. La raison? La volatilité et les frais générés pour chaque transaction. Avec le nombre croissant d'utilisateurs dans ce cas, sans que toutefois nous ne connaissions la proportion réelle des paiements effectués ainsi, Steam a décidé de couper court au problème en retirant la monnaie de ses moyens de paiement acceptés. Sur Steam, il n'est actuellement plus possible de s'offrir des jeux avec la crypto-monnaie, une décision justifiée par un billet de blog sur le site officiel de la plateforme. Deux raisons qui l'ont motivé à arrêter les frais pour l'instant. Une progression fulgurante qui dure depuis des mois. Cela peut bien évidemment ressembler à un scénario improbable, mais comme Coindesk l'a rapporté un peu plus tôt dans la journée, la valeur du Bitcoin a récemment augmenté de 1000 dollars en seulement 24 heures.

Mais quoi qu'il arrivait, ces derniers devaient s'acquitter de frais s'élevant à 20$ par opération. Quand le paiement par Bitcoin a été introduit sur la plateforme, ces frais s'élevaient à 0,20 dollars, soit cent fois moins. Il est vrai que le bitcoin a une valeur qui peut grimper ou chuter d'un coup. "La valeur du bitcoin n'étant garantie que pendant un certain temps, si la transaction n'est pas validée pendant cette période, le montant nécessaire en bitcoin peut alors augmenter de manière significative, provoquant l'échec de la transaction" , indique Steam. Malheureusement, Valve n'a aucun contrôle sur le montant de ces frais, et finissent par rendre l'achat de jeux sur Steam déraisonnablement onéreux. " Lors de la validation de l'achat, le client doit transférer un montant x en bitcoin correspondant au prix du jeu, plus le montant facturé par Bitcoin pour les frais de traitement".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL