Le bitcoin fait des débuts prometteurs sur le Cboe — Marché

Xavier Trudeau
Décembre 11, 2017

Malgré ce scepticisme des banques, le bitcoin va poursuivre sa quête de légitimité avec le CME (Chicago Mercantile Exchange), autre opérateur boursier mondial, qui compte lancer des échanges de produits en bitcoins le 18 décembre. Les spéculateurs devraient ainsi prochainement s'en donner à coeur joie et miser sur cette valeur dans un cadre réglementé puisque la principale Bourse d'options américaines située à Chicago a finalement lancé des contrats à terme qui devraient permettre de spéculer sur le Bitcoin comme on peut déjà le faire sur un actif financier traditionnel.

La volatilité était présente dans les vingt premières minutes des échanges: le prix est par exemple monté jusqu'à 16.600 dollars l'unité avant de redescendre.

C'est "assez calme" et "stable", a toutefois déclaré à l'AFP Bob Fitzsimmons, le responsable des contrats à terme chez la maison de courtage Wedbush Securities.

Lors des échanges de pré-ouverture qui ont eu lieu 45 minutes avant le lancement officiel des transactions, le prix s'est élevé à 15.250 dollars, a encore dit M. Fitzsimmons. Les échanges ont dû être suspendus temporairement à deux reprises afin d'éviter de trop grandes fluctuations des prix.

Les échanges seront électroniques et le prix de départ s'appuiera sur le cours du bitcoin en vigueur sur la Bourse d'échanges spécialisée Gemini, fondée en 2015 par les frères Tyler et Cameron Winklevoss, rendus célèbres par le film "The Social Network" sur l'histoire de Facebook.

Si elle ne lève pas les doutes entourant la monnaie virtuelle, cette décision est de nature à vaincre les réticences des investisseurs professionnels à investir dans le bitcoin qui s'échange pour l'instant essentiellement sur internet sans être régulé.

Le Cboe "travaille en étroite collaboration avec la CFTC (autorité de régulation des marchés à terme et des produits dérivés aux Etats-Unis, NDLR) pour surveiller et contrôler les échanges et en renforcer la transparence", souligne l'opérateur boursier.

La reconnaissance par Wall Street est une première étape dans l'ambition affichée du bitcoin de devenir un actif aussi populaire que l'or auprès du grand public.

Ses défenseurs envisagent de passer à la vitesse supérieure en demandant à la SEC, le gendarme de la Bourse américain, d'autoriser la création d'un ETF en bitcoin, une sorte de placement financier ou d'épargne financière dans lequel Madame et Monsieur Tout-Le-Monde pourront placer leurs économies.

Après avoir atteint une valeur record la semaine dernière, le bitcoin a fait sa première apparition dimanche 10 décembre sur un marché boursier. L'arrêt sera de cinq minutes si les mouvements à la hausse ou à la baisse atteignent 20%.

Malgré ces assurances, nombreux sont les experts qui mettent en garde sur une possible manipulation des échanges. La SEC s'est refusée jusqu'ici à accéder à une telle demande.

En conséquence, JPMorgan, Bank of America Merrill Lynch, Citigroup et Barclays ne jouaient pas les intermédiaires dimanche pour leurs clients voulant investir dans les produits bitcoin, ont indiqué à l'AFP des sources proches du dossier. Seules Goldman Sachs et ABN Amro ont accepté de jouer les interfaces pour un nombre de clients triés sur le volet afin de minimiser les risques attachés à la volatilité du bitcoin. Elles s'exposent à des risques importants si leurs clients ne peuvent payer.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL