Le vice-président américain Mike Pence retarde sa visite en Israël

Claudine Rigal
Décembre 16, 2017

Samedi dernier, le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Maliki, avait annoncé que, suite à la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avait décidé de ne pas rencontrer M. Pence lors de la visite de celui-ci dans la région. Le vice-président se rendra ensuite en Égypte et en Israël, où il réaffirmera l'engagement des États-Unis envers ses alliés au Moyen Orient, et envers la lutte contre le radicalisme. Selon le quotidien israélien, M. Pence pourrait arriver mercredi.

Donald Trump a déclenché des critiques quasiment unanimes à travers le monde avec sa décision sur Jérusalem annoncée le 6 décembre, qui constitue un changement radical de politique vis-à-vis de ses prédécesseurs. Les dirigeants palestiniens revendiquent Jérusalem-Est, occupée puis annexée par Israël en 1967, comme la capitale de l'Etat auquel ils aspirent, tandis qu'Israël proclame tout Jérusalem, Ouest et Est, comme sa capitale " éternelle et indivisible ". Les Palestiniens ont déjà fait savoir qu'ils ne recevraient pas Mike Pence.

L'église copte orthodoxe d'Egypte a, elle aussi, décliné une offre de rencontre avec le vice-président américain Mike Pence, ainsi que le grand imam d'Al-Azhar.

Il semble par ailleurs peu probable que Mike Pence, connu pour être un chrétien très fervent, se rende en pèlerinage dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie occupée.

La première visite de Pence en Israël depuis qu'il a pris ses fonctions en janvier a été retardée de plusieurs jours afin de lui permettre de participer au vote du Sénat sur un projet de loi fiscale républicain dimanche. En cas d'égalité, il revient en effet aux Etats-Unis au vice-président, qui peut présider le Sénat, de trancher en ajoutant sa voix.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL