Mandat d'arrêt contre l'ex-présidente Cristina Kirchner — Argentine

Claudine Rigal
Décembre 7, 2017

Un magistrat fédéral argentin a inculpé l'ancienne présidente Cristina Fernandez qu'il soupçonne d'avoir voulu étouffer la possible implication de Téhéran dans un attentat qui a visé en 1994 un bâtiment abritant des associations juives, rapporte jeudi l'agence de presse officielle Télam.

Élue sénatrice en octobre, Cristina Kirchner bénéficie d'une solide immunité parlementaire. Le mandat d'arrêt concerne lui des faits de trahison liés au "pacte de Téhéran". L'ancienne présidente devait prendre ses fonctions de sénatrice, et ainsi se voir protégée par une immunité, à partir de dimanche. Le président de l'AMIA, Agustín Zbar, parlait en effet d'"impunité" pour les commanditaires à l'occasion du 23e anniversaire de l'attentat, en juillet dernier.

La justice a également ordonné l'arrestation de l'ex-ministre des Affaires étrangères Hector Timermann et de plusieurs autres hauts responsables.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL