Paris met en demeure 5 plateformes, dont Airbnb — Meublés touristiques

Xavier Trudeau
Décembre 11, 2017

Paris menace de traîner Airbnb devant les tribunaux. Cette inscription permet également aux propriétaires de ne pas louer leur logement plus de 120 jours par an si ce dernier n'est pas un appartement meublé touristique professionnel.

Face à l'explosion du phénomène des plateformes de locations touristiques entre particuliers qui bouscule le secteur traditionnel de l'hôtellerie, la ville de Paris entend remettre de l'ordre.La mairie de Paris vient d'envoyer, selon France Info, une mise en demeure à Airbnb et quatre de ses concurrents pour leur demander de retirer des milliers d'annonces illégales qui trônent sur les sites internet.

"Si elles ne se conforment pas aux dispositions de l'article L.324-2-1 du code du tourisme suite à nos démarches, nous ferons appel aux juridictions compétentes, en l'occurrence le tribunal de grande instance de Paris", précise Ian Brossat, adjoint PCF au Logement de la maire socialiste Anne Hidalgo.

De leur côté, les plates-formes sont tenues de désactiver toute annonce sans numéro. Les hébergements qui en possèdent seraient 11 000 à Paris, soit un cinquième de l'offre, selon Ian Brossat. En principe, tout propriétaire enfreignant la législation risque une amende allant jusqu'à 50.000 euros.

"Nous ne voulons pas attendre la publication du décret portant sur les sanctions, prévu par le gouvernement mais qui tarde à sortir. Nous voulons entrer en action dès maintenant", a-t-il dit.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL