Philippines: enquête sur le vaccin de Sanofi contre la dengue

Evrard Martin
Décembre 4, 2017

Dans un communiqué, l'OMS a recommandé que le vaccin " Dengvaxia soit administré seulement aux personnes ayant déjà été infectées par la dengue ".

Sanofi accumule les déboires avec plusieurs de ses vaccins.

Mercredi, le groupe pharmaceutique fabriquant le vaccin avait déconseillé l'utilisation du Dengvaxia, premier vaccin contre la dengue autorisé au monde, aux personnesn'ayant jamais été infectées.

Même s'il représente un risque moins important que le paludisme, le virus de la dengue, transmis par les moustiques, se propage rapidement dans de nombreuses régions du monde et tue environ 20.000 personnes par an.

Dans ce contexte, les Philippines ont annoncé en fin de semaine la suspension de leur vaste campagne de vaccination contre le virus. Le pays a déjà vacciné plus de 733.000 enfants et les autorités craignent que beaucoup d'entre eux puissent développer la forme la plus grave de cette maladie potentiellement mortelle. "Des vérifications et des consultations sont en cours avec des experts (...) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS)", a déclaré samedi le secrétaire d'État philippin à la Santé, Francisco Duque. Les raisons? "La probabilité de succès" du vaccin (étude en phase III) "par rapport à son objectif primaire était faible".

"D'après ce que nous savons, il n'y a eu aucun cas de décès lié à la vaccination contre la dengue", a dit Ruby Dizon, directrice médicale chez Sanofi Pasteur aux Philippines, lors d'une conférence de presse à Manille. Mais il avait également indiqué que " pour ceux qui n'avaient pas été précédemment infectés (...), l'analyse a révélé qu'à plus long terme, davantage de cas de maladie grave pourraient survenir après la vaccination en cas d'infection à la dengue ". Un millier de Philippins sont morts de la dengue en 2016 sur un total de 211 000 cas, selon les statistiques officielles.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL