Quand son père revendait les costumes qu'il lui offrait

Pierre Vaugeois
Décembre 7, 2017

"Ne pas avoir eu de père a marqué toute ma vie". Depuis, Jean-Philippe et Léon ne s'étaient pas revus.

"Toute ma vie, j'ai été obsédé par l'absence de mon père, jusqu'à sa mort". Je ne l'ai pas connu, sinon dans des moments désagréables. Il commence à être connu en France. C'est le moment choisi pour renouer avec son père qu'il n'avait pas vu depuis. Mais Léon Smet gâche tout. Il convie la presse. Contre 5 000 francs. Quelques jours plus tard, France Dimanche écrit en gros titres: "Johnny rouvre les bras à son père". Je n'aurai jamais de sympathie pour cet homme-là. On m'a assez traîné dans la boue, avait-il expliqué, ajoutant: "Je me suis demandé ce qu'avait fait, après tout, mon père pour moi". C'est un faible, un instable, mais je ne le juge pas. "Je dis simplement qu'il n'a pas de droit sur moi puisqu'il n'a pas assumé ses devoirs quand j'avais besoin de lui" (Télé Magazine, 19 novembre 1965).

"Je l'ai fabriqué comme j'ai pu".

A plusieurs reprises, le chanteur tend pourtant la main à ce père absent, noceur impénitent, alcoolique et artiste (maudit) dans l'âme. Des retrouvailles orchestrées qui blesseront à jamais la légende du rock: " Je vois un bonhomme que je ne connaissais pas qui se jette sur moi, m'enlace, me sort un ours en peluche de son manteau. Il l'installe dans un appartement, Léon l'incendie et se retrouve à l'Armée du salut. En 1983, au cours d'un entretien à la télévision belge, Léon Smet évoquait sa relation avec son fils: "Il mène sa vie, il a brillamment réussi, je lui souhaite tout le bonheur mais à part ça je m'en fous". "Ce père, vous le reverrez 20 ans plus tard. Ça m'a poursuivi jusqu'au jour où il est mort".

Johnny Hallyday est mort, mercredi 6 décembre 2017 à l'âge de 74 ans. En réalité, des journalistes présents ont rapporté que les amis de Léon étaient venus jusqu'à l'entrée du cimetière où ils furent empêchés d'entrer, sans doute pour laisser la star se recueillir en toute intimité. Il avait répondu: "'J'en ai rien à foutre.' J'en ai été beaucoup peiné".

Cette filiation frustrée a été au cœur d'un feuilleton hypermédiatisé en 2006 et 2007, lorsque Johnny a décidé, à la grande surprise de ses fans, de demander la nationalité belge pour "raisons sentimentales".

Né d'un père belge qui l'a abandonné à sa naissance, l'artiste a parfois eu du mal avec ses racines. Il renoncera finalement à ce changement de nationalité.

Johnny Hallyday venait alors de s'installer dans la station de ski huppée de Gstaad (Suisse) et ses détracteurs lui prêtaient l'intention d'une domiciliation à Monaco, où les Belges jouissent, contrairement aux Français, d'une fiscalité très clémente.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL