Ses anciens cadres tirent la sonnette d'alarme (Vidéos) — Facebook

Alain Brian
Décembre 12, 2017

" Je pense que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social ", a assuré Chamath Palihapitiya lors d'un débat à l'université de Stanford. C'est un ancien cadre de l'entreprise de Mark Zuckerberg, Chamath Palihapitiya, qui l'affirme.

L'ancien vice-président de la croissance utilisateur s'exprimait lors d'une conférence à la Stanford Graduate School of Business, rapporte The Verge.

"Ses enfants ne sont d'ailleurs " pas autorisés à utiliser cette merde (les réseaux sociaux) " et il n'y a plus recours également".

Depuis qu'il a quitté Facebook, Chamath Palihapitiya fait son bonhomme de chemin dans le capital risque. Plus largement, il dénonce aujourd'hui l'écosystème des médias sociaux, basés sur les pouces, les cœurs et les goûts, lesquels créent "des boucles fonctionnant sur la dopamine".

"L'ancien salarié ne s'arrête pas là, estimant qu'" il n'y a pas de discours citoyen, pas d'entraide, il y a de la désinformation ". "Ce n'était pas intentionnel, mais maintenant vous devez décider ce que voulez abandonner ou pas, vous devez décider de votre indépendance intellectuelle", a-t-il déclaré devant un parterre d'étudiants.

Chamath Palihapitiya n'est pas le premier ancien cadre de Facebook qui critique publiquement son fonctionnement. Sean Parker, qui n'est rien de moins que l'ancien président de Facebook, avait tenu des propos similaires au début de novembre. Il citait, lui aussi, la " dopamine " provoquée par les interactions sur Facebook.

" Dieu sait ce que ça fait au cerveau de nos enfants", confiait-il.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL