Sortie de crise après trois mois de blocage — Nouvelle-Calédonie

Claudine Rigal
Décembre 2, 2017

Cette sortie de crise intervient juste à temps pour l'arrivée du Premier ministre, Édouard Philippe, attendu à Nouméa dans la nuit de vendredi à samedi. Une visite de quatre jours, pour apaiser la situation politique du Caillou, perturbée depuis trois mois par des querelles internes à la droite - majoritaire -, qui vient d'élire son nouveau président, Philippe Germain.

Dans l'après-midi, le Premier ministre participera à une réunion du groupe de travail du comité des signataires de l'accord de Nouméa, qui doit notamment se pencher sur la formulation de la question qui sera posée aux électeurs, ainsi que sur l'organisation de la campagne électorale et la date du référendum. Dans moins d'un an, les Calédoniens doivent se prononcer sur l'indépendance de leur territoire, un référendum à haut risque.

"Les membres du gouvernement s'engagent à assurer un fonctionnement collégial, solidaire et consensuel conforme à la lettre et à l'esprit de l'Accord de Nouméa (1998)", ont-ils ajouté.

"Si on n'avait pas eu un gouvernement en ordre de marche, le Premier ministre n'aurait vu qu'un factotum, et non un président de plein exercice", a souligné auprès de l'AFP le député Constructif Philippe Gomès (Calédonie Ensemble). Et ce, grâce à un accord passé entre les non-indépendantistes et les indépendantistes qui composent l'exécutif de ce petit archipel de 274 000 habitants situé au large de l'Australie, à plus de 16 000 km de la métropole.

" C'est un message important qui est adressé aux Calédoniens à quelques mois du référendum", a déclaré à la presse Philippe Germain, précisant que le gouvernement " allait reprendre le chemin des réformes et envoyer des signaux positifs pour la confiance économique et sociale ". Le poste de vice-président est allé à un indépendantiste. Il n'avait pas été convié aux discussions qui ont précédé ce dénouement. Les accords de Matignon en juin 1988 avaient ensuite ouvert la voie à plus d'autonomie et à une consultation pour l'indépendance.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL