Trop de protéines animales, dénonce Greenpeace — Cantines scolaires

Evrard Martin
Décembre 4, 2017

Un excès non sans conséquence sur leur santé. Des initiatives de ce genre ont déjà été prises par certains élus locaux, comme à Saint-Etienne (Loire), où les cantines pratiquent une journée végétarienne par semaine.

D'après l'ONG, cette surconsommation de protéines animales s'expliquerait notamment par la présence constante des lobbies agroalimentaires. Selon le dernier rapport de l'association Greenpeace, ces dernières seraient trop présentes dans l'assiette des écoliers. Bilan: les quantités de protéines préconisées conduisent à des "apports démesurés en comparaison des recommandations édictées par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses)", écrit Greenpeace, citée par Le Parisien.

L'apport en viande et en produits laitiers d'un enfant en école primaire serait de deux à quatre fois supérieur aux recommandations nutritionnelles de l'Anses.

Presque tous les jours, de la viande, du poisson, des yaourts, du fromage sont proposés aux élèves dans les restaurants scolaires.

Un danger pour les enfants?

. Pour protéger à la fois l'équilibre des enfants et celui de la planète, l'ONG recommande donc d'augmenter la part de produits issus de l'agriculture biologique dans toute la restauration scolaire et d'introduire deux repas végétariens par semaine dans les cantines à l'horizon 2020. Des polluants organiques et résidus d'antibiotiques contenus dans la viande.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL