Un ancien cadre de Volkswagen condamné à 7 ans de prison — "Dieselgate"

Xavier Trudeau
Décembre 7, 2017

Nouvel épisode dans l'affaire Volkswagen. Oliver Schmidt, 48 ans, ancien dirigeant du constructeur automobile allemand arrêté en début d'année aux Etats-Unis dans le cadre du "Dieselgate", a été condamné à sept ans de prison par le tribunal fédéral de Detroit (Michigan).

Il a écopé de la peine et de l'amende maximales dans le cadre de son plaider-coupable.

Devant le tribunal Oliver Schmidt a lu une déclaration écrite dans laquelle il a reconnu sa participation à un complot destiné à tromper les autorités américaines et à enfreindre la législation environnementale sur la qualité de l'air aux Etats-Unis.

Sur les 7 ans d'emprisonnement auxquels il a été condamné, 5 ans ont été prononcés au titre de l'accusation de conspiration pour fraude et deux ans pour violation de la loi sur la protection de l'environnement. Son avocat avait plaidé pour une peine un peu plus longue que 3 ans de prison et une amende 100'000 dollars.

En 2015, le constructeur Volkswagen, avait reconnu avoir installé sur 11 millions de voitures un logiciel pour truquer les chiffres sur les émissions polluantes de ses moteurs.

Pourtant, "à l'été 2015, M. Schmidt a participé aux discussions avec d'autres employés de VW pour déterminer comment ils pourraient répondre aux questions posées par les autorités américaines. sans révéler le logiciel truqueur", selon des documents de justice.

Entre 2014 et 2015, M. Schmidit était responsable du service de conformité réglementaire de Volkswagen aux Etats-Unis. Il a été arrêté en début d'année par la police fédérale (FBI) à Miami (Floride, sud-est) alors qu'il terminait des vacances.

Le géant européen de l'automobile a provisionné une charge exceptionnelle de 2,5 milliards d'euros au troisième trimestre en raison du rappel plus compliqué que prévu de ces moteurs diesel truqués aux États-Unis. En août dernier, un ex-ingénieur de Volkswagen a dans ce contexte été lui aussi condamné par un tribunal de Detroit.

Au total, sept dirigeants et ingénieurs de VW ont été inculpés aux États-Unis.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL