Une loi pour les Jeux Olympiques: dérogations, matraquage publicitaire mais aussi transparence

Claudine Rigal
Décembre 22, 2017

L'Assemblée a approuvé mercredi soir largement le projet de loi olympique Paris 2024, en dépit des craintes exprimées par certains députés sur les dérogations aux règles d'urbanisme et d'affichage publicitaire pour être prêt à temps et répondre aux exigences du CIO.

Également directeur général de la coupe du monde de rugby à XV et directeur des sports et de la planification du comité de candidature "Paris 2012" aux jeux Olympiques en 2006, Étienne Thobois a aussi été directeur associé de l'entreprise de conseil Keneo de 2010 à 2015. Tout d'abord, la possibilité d'afficher des emblèmes olympiques, dès le vote de la loi et jusqu'en 2024, sur les monuments historiques ou sites classés. D'autre part, durant trois mois autour des compétitions, l'affichage des sponsors du CIO et des J0 2024 serait exceptionnellement autorisé sur les monuments historiques ou sites classés accueillant des compétitions, et dans un périmètre de 500 mètres autour des lieux. "Pas de sponsors, pas de recettes". ", a répondu la rapporteure LREM du projet, Aude Amadou". Elle l'a toutefois retiré en séance "face à un risque d'inconstitutionnalité", le comité d'organisation étant une structure privée.

Comme attendu, le directeur général du futur comité d'organisation des Jeux Olympiques 2024 de Paris sera l'ancien joueur de badminton Etienne Thobois (50 ans).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL