Accord sur le nucléaire et le bœuf — Macron en Chine

Xavier Trudeau
Janvier 9, 2018

Parmi la cinquantaine de contrats qu'il envisage de signer, un protocole relatif à la construction est acté: New Areva * vient de signer un protocole d'accord commercial avec le chinois China National Nuclear Corporation (CNNC).

"Cette usine d'une capacité de 800 tonnes sera bâtie sur le modèle des usines de La Hague et Melox, reconnues pour leurs technologies éprouvées, leurs normes de sûreté et de sécurité les plus strictes et leur performance industrielle", a ajouté le communiqué.

Selon le calendrier initial, le chantier pourrait débuter vers 2020 pour une mise en service vers 2030.

Il s'agira du tout premier site de retraitement en Chine, où la fulgurante expansion du secteur nucléaire soulève la question des déchets radioactifs, pour l'heure stockés dans des piscines temporaires.

Ce contrat, s'il se concrétise, apporterait une cruciale bouffée d'air frais pour Areva, qui a connu de graves difficultés financières à la suite d'investissements hasardeux et de la catastrophe de Fukushima.

Sur le projet d'usine de retraitement, après un accord technique, les longues discussions entre Areva et CNNC avaient bloqué l'année passée sur le montant proposé par le Français, jugé beaucoup trop onéreux par la Chine. Mais les pourparlers s'étaient accélérés ces dernières semaines, avec plusieurs déplacements à Pékin de dirigeants d'Areva.

La valorisation du contrat, point d'achoppement entre Areva et CNNC fait néanmoins l'objet d'âcres discussions, a tempéré la même source.

"On travaille activement à quelque chose (.) on est proche d'un accord, on n'a jamais été aussi proche d'un accord commercial" final, selon une source élyséenne. "Cela permettra de monter les prix et de mieux rémunérer les éleveurs", a souligné Bruno Le Maire.

L'implantation géographique du futur site franco-chinois est par ailleurs sujette aux spéculations et controverses.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL