Cameroun 2019 : Début de la mission d'inspection de la CAF

Pierre Vaugeois
Janvier 12, 2018

Déterminé à recevoir ces invités de la meilleure des manières, le ministre des Sports camerounais, Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, se veut rassurant. Le cabinet Roland Berger va finalement le remplacer et inspecter le pays-hôte dans une mission comprenant 5 membres de cette société et 5 de la CAF. Aussi, le nouveau cahier des charges, prévoit 6 stades pour la compétition.

Cette mission est cruciale pour déterminer si le Cameroun mérite réellement le choix porté sur lui pour abriter la CAN-2019, après les nouvelles contraintes infrastructurelles et techniques imposées par la CAF. C'est dans la sérénité que toutes les parties prenantes travaillent sans relâche dans le cadre de la mission d'inspection de la Confédération africaine de football. En effet, l'on y a déposé il y a quelques jours une cargaison de matériels préfabriqués en provenance d'Italie, ce qui devrait permettre au chantier d'avancer plus vite.

La Fédération camerounaise de football (Fecafoot) a indiqué, que la visite d'inspection de la commission de suivi des préparatifs de la Confédération africaine de football (CAF) pour la Coupe d'Afrique des Nations (CAN-2019), débutera vendredi 12 janvier sur les différentes sites retenus par le Cameroun pour cette compétition. Il s'agit du complexe sportif d'Olembé pour le groupe A. Le stade Omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé pour le groupe C. Le complexe de Japoma pour ce qui est du groupe B. Le stade Omnisports de Bafoussam pour le groupe D. Celui de Limbe pour le groupe E et le stade Roumdé Adja de Garoua pour le groupe F. Voilà qui fait l'objet de cette première visite des inspecteurs de la CAF. Il a fallu que le chef de l'Etat Paul Biya, lui-même, jette tout son poids dans la balance pour que prenne fin la controverse qui était en train de naitre.

Rappelons qu'à partir de 2019, 24 équipes prendront part à la CAN au lieu de 16. Un véritable challenge pour le Cameroun.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL