De trois à onze vaccins obligatoires au 1er janvier

Evrard Martin
Janvier 2, 2018

A la liste des 3 vaccins déjà obligatoires contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite s'ajoutent désormais: les vaccins contre l'haemophilius influenzae B (bactérie provoquant des pneumopathies et des méningites), la coqueluche, l'hépatite B, la rougeole, les oreillons, la rubéole, le méningocoque C (bactérie provoquant des méningites), le pneumocoque (bactérie provoquant des pneumopathies et des méningites).

Après un vif débat de plusieurs mois, le passage de trois à onze vaccins obligatoires pour les enfants est entré en vigueur hier.

Onze vaccins obligatoires, c'est ce qui attend les nourrissons nés à partir de ce 1er janvier en France. Dorénavant, ils sont eux aussi indispensables pour l'entrée à l'école ou à la crèche des enfants. Pour laisser un temps d'adaptation, les premières vérifications n'auront lieu qu'à partir du 1er juin. Au total: dix injections jusqu'à l'âge de deux ans remboursés jusqu'à 100%. Or, selon le ministère, 70 % des enfants les reçoivent déjà (et 80 % en ont plus de huit).

Le principe de l'obligation heurte cependant certains parents qui ne sont pas pour autant de farouches anti-vaccins. "C'est important d'augmenter la couverture vaccinale pour que ces drames, si facilement évitables, ne surviennent plus en France", a estimé Daniel Lévy-Bruhl, de l'agence Santé Publique France, lors d'une conférence de presse à l'université Paris-Descartes le 22 décembre dernier. Toutefois, le gouvernement assure ne pas vouloir axer sa politique sur la répression.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL