Dominique Bussereau quitte le parti — Les Républicains

Claudine Rigal
Janvier 14, 2018

Dominique Bussereau tape là où ça fait mal: "Après le séisme de 2017, les partis continuent à faire comme si rien ne s'était passé" et parle d'un "naufrage qui a déjà eu lieu".

Dominique Bussereau rappelle qu'avec Alain Juppé, ils avaient défini des lignes rouges à ne pas franchir, en particulier sur les relations avec le Front National. L'ancien député de la Charente-Maritime dénonce "les propos tenus par certains porte-parole des Républicains" qui "pourraient être ceux du FN".

Dominique Bussereau annonce que sa décision "n'est pas la même que Xavier Bertrand" et qu'il pourrait mettre un terme à son congé au moment des élections européennes "en fonction du choix de ses candidats et des idées qu'ils porteront".

Estimant que le parti de droite, du temps où il s'appelait UMP, "c'était la CDU allemande: un mouvement rassemblant les différentes sensibilités de la droite et du centre", le président de l'Assemblée des départements de France estime qu'aujourd'hui, "Les Républicains sont devenus la CSU, sa branche conservatrice et droitière", avec une proximité avec Sens commun, émanation politique de la Manif pour tous.

L'ancien ministre Dominique Bussereau, de tendance juppéiste et opposé à l'orientation prise par la droite, annonce dans Le Journal du dimanche sa mise "en congé" des Républicains (LR) au moins jusqu'aux élections européennes de 2019. Il expose aussi ses divergences sur l'Europe avec la nouvelle direction du parti.

"L'ancien ministre a précisé qu'il n'entendait rejoindre ni les anciens LR " constructifs", rassemblés dans le parti Agir, ni La République en marche, mais qu'il " continuerai [t] à travailler " avec Valérie Pécresse et son mouvement Libres!, et Christian Estrosi et son mouvement La France audacieuse.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL